Révélations des manuscrits

Avant que la technologie ne permette de numériser les manuscrits les plus rares et les plus fragiles, l’accès à ces documents n’était possible qu’à de rares privilégiés, qui ont passé tous les obstacles imaginables et obtenu les autorisations nécessaires. Aujourd’hui, les manuscrits sont lisibles directement sur Internet. Des fonctionnalités sophistiquées permettent de les parcourir et de les agrandir. Les chercheurs du monde entier peuvent y accéder sans mettre de gants ou signer de décharge, de même que les amateurs de littératures souhaitant connaître mieux les auteurs qu’ils admirent.

Le King’s College vient de mettre en ligne les manuscrits de l’écrivain anglaise Jane Austen (1775-1817). Ces manuscrits témoignent de l’ensemble de l’oeuvre de Jane Austen, de ses jeunes années jusqu’à sa mort. Ils proviennent d’une collection restée dans la famille de l’auteur, jusqu’au décès de la soeur de Jane. Ensuite de quoi, ils ont été dispersés dans plusieurs bibliothèques. Leur numérisation permet de les réunir à nouveau. Le matériel photographique utilisé est le même que celui qui a servi à la numérisation des manuscrits de la Mer Morte. Chaque saisie dure environ 2 minutes.

Extrait d’un manuscrit de Jane Austen numérisé

http://www.janeausten.ac.uk

Parallèlement, une transcription diplomatique (c’est-à-dire respectant l’orthographe, la ponctuation, les lettres majuscules et minuscules, les mots biffés, les annotations) a été réalisée. Ce texte est disponible en format XML, permettant d’indiquer dans des balises les différentes particularités du texte, par exemple les variantes orthographiques. C’est le standard du Text Encoding Initiative (TEI) qui a été utilisé pour la mise en forme de cette transcription. Une édition imprimée est également prévue.

 http://www.tei-c.org

L’étude des manuscrits des auteurs est essentielle pour le travail d’édition d’une oeuvre. Elle permet aussi de comprendre comment un auteur élabore son texte: ce dernier peut faire l’objet de nombreuses corrections ou être écrit sans rature. Le manuscrit permet aussi de découvrir quelques surprises. A en croire une experte de l’Université d’Oxford, Jane Austen était mauvaise en orthographe, en ponctuation et en grammaire, ce qui laisse supposer l’intervention d’un correcteur.

Jane Austen, sa piètre orthographe et son relecteur de talent, Le Monde (24.10.2010)

Comments are closed.