100′000 livres numérisés

La Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne (BCU) vient d’annoncer son partenariat avec Google, pour la numérisation de 100’000 ouvrages entrés dans le domaine public. Ces ouvrages sont, d’après le communiqué, en plusieurs langues. Nul doute cependant que cette action aura pour effet d’augmenter l’offre en français de Google Book.

En effet, la France a choisi de faire cavalier seul. Le serveur de la Bibliothèque nationale française, Gallica, qui fut un pionnier en matière de numérisation, peine à présenter une offre satisfaisant aux critères actuels: de nombreux documents sont numérisés en mode image et ne permettent pas de recherches internes aux ouvrages. On peut tout à fait offrir des ouvrages sans autoriser la copie du texte, tout en laissant le moteur de rechercher fouiller le contenu. Quant à la bibliothèque virtuelle européenne, Europeana, il est peut-être encore trop tôt pour juger son contenu hétéroclite. L’opposition française au projet de Google semble un peu aller à contre-courant des tendances. Une immense bibliothèque numérique est en train de se constituer. Même les éditeurs peuvent y participer: le moteur recherche dans le livre, sans donner la possibilité de le lire entièrement. En définitive, c’est l’utilisateur, donc nous, qui en profite.
Quoi qu’il en soit des projets européens, le partenariat entre Google et la BCU donnera aussi une place à la littérature romande dans le monde numérique.

http://www.unil.ch/Jahia/site/bcu/cache … Param=news

Ancienne correspondance

Le fort romain de Vindolanda se trouve près de Chesterholm, au Royaume-Uni. On y a retrouvé nombreuses tablettes de bois, écrites par des soldats romains en garnison. L’Université d’Oxford a développé une présentation de l’ensemble de cette collection de tablettes, avec image, transcription, traduction et commentaire. Plus de 450 document sont ainsi disponibles en ligne. Chaque image peut être agrandie. Elle est en noir/blanc, ce qui est un bon choix, car cela offre un bon constraste améliorant la lecture. Il est possible de chercher les différentes tablettes selon des thèmes: militaire, santé, famille, etc…

Ces présentations de tablettes s’adressent avant tout à des chercheurs ou à des étudiants. Pourtant les initiateurs du site n’ont pas oublié le grand public. Le contexte de découverte de ces objets est très bien décrit dans ce site et une exposition virtuelle a été mise en place. Elle permet de découvrir le site et son histoire. Pour ceux qui veulent s’essayer à la lecture des textes, quelques pages leur donnent des informations concernant les poids, mesures, dates, monnaies, etc. de l’époque romaine.
Seul regret: une mise en page un peu austère rend ce site moins attractif auprès des jeunes. Le site date en effet un peu (il date de 2003!) et mériterait un rafraîchissement. Mais le contenu est bien là!

Vindolanda Tablets Online http://vindolanda.csad.ox.ac.uk/