Un musée pas très virtuel

En vacances en famille à Lesbos, j’ai voulu visiter le musée archéologique de Mytilène. Ce musée est constitué de deux sites, l’ancien (un très beau bâtiment) et le nouveau. Munie d’un appareil photo et d’une caméra vidéo, je me suis présentée à l’entrée. En achetant mon billet, j’ai tout de suite remarqué l’affichette interdisant toute prise de vue. En entrant dans le musée, je me suis retrouvée entourée du personnel pléthorique, veillant au grain. Seules les collections préhistoriques étaient photographiables, mais sans flash. En règle général, ces témoignages du passé le plus ancien n’intéressent pas grand monde. Par la fenêtre, j’avisai le magnifique lapidaire dans le jardin. Je m’y rends. J’ai pensé qu’on pouvait photographier ce qui était à l’extérieur, essentiellement des éléments architecturaux et des inscriptions. Mais on m’a laissé prendre en photo seulement le grand lion monumental datant de l’époque romaine. J’ai demandé pourquoi je ne pouvais pas photographier ces éléments et les gardiens m’ont expliqué qu’ils avaient des consignes claires: ces pièces n’étaient pas photographiables parce qu’elles n’étaient pas encore publiées.

Je me suis rendue dans le nouveau musée, financée par la Grèce et la Communauté européenne, qui présente des mosaïques et des sculptures avec une muséographie remarquable. Les éclairages des pièces sculptées notamment les mettent particulièrement bien en valeur. On y trouve aussi une série de mosaïques présentant des scènes de théâtre. Dans cette partie moderne, c’est le même scénario qui s’est joué. Les prises de vue étaient strictement interdites. Le personnel nous a suivis dans toutes salles. La même excuse nous a été donnée. A la fin, on m’a tout de même autorisée à photographier des dessins d’enfants exécutés lors d’une activité pédagogique du musée.

Bien entendu, au terme de la visite, un beau guide est à vendre! Il existe bien des politiques différentes dans les musées, quand il s’agit d’autoriser les visiteurs à prendre des images. Habituellement on laisse les gens prendre ce qu’ils veulent en image, mais sans flash. Les vitrines et autres obstacles se chargent d’éviter tout résultat probant. Mais pour les visiteurs ces images sont une manière de s’approprier les objets du patrimoine, de les garder en mémoire et surtout de les partager. Hier cela se faisait au cours de mémorables soirées dias. Aujourd’hui, on utilise des sites de partage de photos comme Flickr et on laisse le monde entier voir ses images. Les musées devraient comprendre que c’est dans leur intérêt: en effet, cela crée du buzz, l’équivalent web du bouche à oreille. Vous pouvez chercher longtemps des traces du musée archéologique de Lesbos dans des sites Web 2.0, vous n’en trouverez guère…
Je peux comprendre qu’on soit réticent à laisser photographier des objets non publiés. On risque de les voir publier par quelqu’un d’autre (une antique crainte des archéologues). Il faut tout de même admettre que placer un objet dans un musée, c’est aussi une manière de le publier. Il devient public et donc chacun devrait pouvoir le photographier et même le partager, ce d’autant plus que ces objets sont à double titre dans le domaine public: les droits d’auteur sont tombés depuis longtemps et les fouilles sont financées le plus souvent par des fonds publics. Enfin si l’on peut admettre que le découvreur a une priorité pour publier ses découvertes, il n’a pas le droit moralement de se garder des objets à publier jusqu’à sa retraite et au-delà. Il y a bien assez d’étudiants en archéologie et d’archéologues diplômés pour qu’on se partage le travail. Personnellement je considère qu’après un délai de 5 à 10 ans, les objets non publiés et pour lesquels aucune étude n’a été entreprise doivent être accessibles à tous et surtout à la communauté scientifique, pour trouver des personnes qui se chargeront de leur publication.

Bref, si le musée de Lesbos présente agréablement ses collections, ses responsables ont encore beaucoup à apprendre sur la diffusion du patrimoine sur Internet. Ils pourraient faire connaître leur institution à peu de frais.

http://www.lesvos.co.uk/museums/archaeological.htm

Pour une vue d’ensemble du patrimoine grec, voir l’excellent site Odysseus, publié par le Ministère de la Culture:

http://odysseus.culture.gr/

Forts en thème

Nostalgiques des cours de thème latin? Voici qui vous fera ressortir vos dictionnaires et grammaires du grenier: Wikipédia est aussi disponible en latin, sous le nom de Vicipaedia. Comme pour les autres versions linguistiques, chacun peut y contribuer. Il y a déjà plus de 15’000 articles.


http://la.wikipedia.org/

On pourrait imaginer que cette version de l’encyclopédie collaborative se focaliserait sur l’Antiquité. On y trouve bien entendu des articles sur “Roma”, “Carthago”. Les dieux et héros les plus importants de la mythologie sont présents. Mais l’intérêt réel de ce site, ce sont les néologismes. En effet, le monde moderne y est décrit en latin. C’est ainsi que l’on apprendra qu’ordinateur se dit “computatrum” et sa version portable “computatrulum mobile”. Les amateurs de sport seront certainement contents d’apprendre que football se dit “pediludium” et le ballon de foot “follis pediludiaris”.
Cela a-t-il un sens? Le National Geographic s’est fait récemment l’écho d’une étude alarmiste sur l’extinction des langues dans notre monde. D’après les chercheurs, la moitié des 7000 langues parlées dans le monde risquent de disparaître avant la fin du siècle. Wikipédia, avec son concept multilingue, permet de réunir des communautés autour de leur langue. Actuellement, il y a 253 versions de l’encyclopédie. On est encore loin du compte et il y a fort à parier que les derniers locuteurs de bien des langues ne sont pas (encore) connectés. Mais la tendance est donnée. C’est un bel exemple de glocalisation, c’est-à-dire l’utilisation d’un outil universel ou global (le wiki) dans le cadre d’une communauté (les porteurs d’une langue). La vraie bonne nouvelle, c’est qu’il reste encore assez de latinistes dans le monde pour entretenir une encyclopédie en commun.

http://news.nationalgeographic.com/news … tinct.html

Concert virtuel

Il y a déjà beaucoup de concerts dans Second Life. Il s’agit souvent d’artistes qui essaient de se faire connaître de cette manière. Mais des orchestres symphoniques, c’est plus rare. Le Royal Liverpool Philharmonic l’a tenté. Il a fait construire une réplique de son théâtre sur une île de Second Life.

Le concert a été enregistré et est projeté sur vidéo. Cela signifie qu’on peut y aller à tout moment. Ainsi on échappe à la notion d’événement, si problématique dans Second Life. En effet, dès qu’il y a une certaine affluence (entre 40 et 70, selon les modèles de sim), l’île crashe et tout le monde est éjecté.
Le concert débute par l’hymne national anglais, puis le programme proprement dit commence. L’image n’est pas exceptionnelle, mais on a le son concert, avec toute son ambiance.
Tout le monde ne peut pas se rendre dans une salle de concert, faute de moyen ou à cause des distances. Dans certaines salles, il est même très difficile d’obtenir un billet, presque tout étant vendu sur abonnement. Voilà peut-être une manière d’amener à la musique ceux qui ne fréquentent pas les concerts.

http://www.nytimes.com/2007/09/18/arts/ … 6LTq0vIBUg

Pour comprendre l’art

Pour comprendre des oeuvres d’art, il est essentiel d’être capable de les décoder. Le MOMA (Museum of Modern Art de New Yor) offre désormais un site permettant aux adolescents de mieux comprendre la démarche artistique. Ce site, intitulé Red Studio, comporte des explications sur des sujets susceptibles de les intéresser, comme la créations d’images de synthèse avec un interview d’un collaborateur du studio Pixar. Il donne aussi la possibilité de comprendre ce que fait un artiste en le faisant soi-même. On peut donc réaliser des collages, des images aux rayons X à partir d’objets. Une petite application génère des poèmes dadaïstes avec des articles de journaux.

Ce site est attractif, mais dans un certain sens, il ne va pas assez loin. Tout d’abord les applications offertes manquent d’originalité: le collage, par exemple, est un classique des sites de musées et des CD-ROM ludo-éducatifs. L’application elle-même est très limitée et donne pas de résultats très probants. Pourquoi ne pas laisser les utilisateurs travailler à partir de leur fichiers numériques. Ensuite, on invite des ados à créer, mais sans donner accès au résultat en ligne. Explorer la démarche artistique devrait aller jusqu’au bout, ce qui suppose de soumettre son oeuvre au regard des autres.
Bref, c’est bien-pensant et sans prise de risque. On reste un peu sur sa faim.

http://redstudio.moma.org/

Musée sans frontières

Il existe finalement peu d’exemples de véritables musées virtuels, soit qui sortent de la logique purement institutionnelle ou alors qui mettent en réseau plusieurs musées et qui, en même temps, accordent une grande importance à la valorisation de leur collection. Le Musée sans frontières en est un, de grande qualité. Il est doté d’une banque de données consultable en ligne, dans laquelle il est possible d’effectuer des recherches au moyen de mots-clés. Pour chaque objet, on a une fiche détaillée et une image avec une fonction zoom. La collection elle-même provient de plusieurs musées situés dans différents pays européens et du pourtour méditerranéen. Actuellement, elle est centrée sur l’art islamique.

De plus, le Musée sans frontière présente, à partir de sa collection, des expositions virtuelles sur des thèmes très divers, comme le pèlerinage, la calligraphie arabe, l’eau, le jardin et la flore dans l’art islamique, etc… Chaque exposition virtuelle est constituée de textes et d’images des objets tirées de la banque de données. On peut regretter l’absences de présentations dynamiques comme des frises chronologiques ou des animations flash. Il n’y a pas non plus de possibilités d’interactions pour le public, comme des commentaires, des appréciations ou de l’indexation populaire (folksonomie).
Le projet de ce musée virtuel, soutenu notamment par l’Union européenne et Euromed Heritage, embrasse aussi d’autres domaines comme le tourisme (avec des tours organisés), l’édition de livres et l’éducation (partenariats avec des écoles). Cela montre bien qu’une fois qu’on a pu réunir une riche collection sur une plateforme unique, il est possible de la valoriser de diverses manières.

http://www.discoverislamicart.org/

Valorisation du patrimoine et musée virtuel

Francesco Antinucci, directeur de recherche à l’Institut des sciences et technologies de la connaissance du CNR (Italie), vient de sortir un livre consacré à la question du musée virtuel. Il commence sa réflexion par une analyse critique des musées actuels, en se demandant si ces institutions constituent le bon outil pour atteindre le but que la société leur a dévolu. L’ouvrage se restreint à l’Italie, un pays dont le patrimoine est d’une rare densité. L’auteur s’intéresse tout d’abord aux statistiques de visite des sites. Le nombre des visiteurs croît régulièrement en Italie (passant de 25 à 33 millions de visiteurs entre 1996 et 2005), mais ces visiteurs ne se répartissent absolument pas de manière homogène à travers l’offre à disposition. En effet, sur un échantillon de 400 musées environ, 2% des musées (soit 9 institutions) captent la moitié des visiteurs et 8% des musées (soit 33 institutions) reçoivent 75% des visites. Selon l’auteur, il s’agit d’une situation typique d’oligopole en économie : quelques producteurs absorbent la majorité du marché, laissant des miettes aux autres. Et si cela fonctionne, c’est essentiellement parce que ces producteurs ont réussi à imposer leur marque. Ainsi les gens se rendent dans un musée parce qu’il est connu, plus que pour son contenu.

Pour vérifier cette affirmation, il faut évaluer les connaissances acquises par les visiteurs au cours de leur visite. Une telle étude a été menée aux Musées du Vatican. On présente des images de tableaux aux visiteurs, en leur demandant de les reconnaître. 9% reconnaissent les différentes œuvres, 35% un seul tableau. Il s’en trouve plus de 20% pour reconnaître les images de tableaux qui n’étaient pas présents dans le musée. Francesco Antinucci évoque aussi la problématique des expositions événements très à la mode. Finalement, pour lui, le problème de fond est que le musée ne communique pas sur les œuvres. Il se contente de les présenter, les unes à côté des autres, parfois dans des locaux mal adaptés, ou alors dans des expositions qui attirent les foules.
Comment dès lors rétablir cette communication de l’œuvre. Il se met donc à chercher la solution du côté des technologies de l’information et de la communication. Là aussi, il faut se méfier des évidences. La technologie n’est pas une fin en soi et il faut savoir l’adapter à l’objet. Le problème est que les ingénieurs ne connaissent pas bien l’art, mais veulent montrer leurs possibilités, alors que le personnel des musées éprouve une certaine réticence à l’idée de recourir à l’informatique et à la numérisation. Dans le domaine de l’adaptation des technologies de l’information aux musées, des recherches devraient être entreprises. Un des espoirs de l’auteur est qu’un pays comme l’Italie, si richement doté en œuvres d’art, acquière un leadership dans ce domaine.
Mais alors comment utiliser ces technologies ? L’auteur parcourt les possibilités qui existent déjà et envers lesquels il montre une certaine sévérité. Le site Web d’un musée, la visite virtuelle des salles ou le catalogue en ligne n’apportent pas, à ses yeux, de réelle valeur ajoutée. Selon lui, le musée virtuel est une projection communicationnelle tout azimut du musée réel. Sa communication est centrée autour de l’œuvre. Il imagine que ce sont les technologies de l’imagerie de synthèse qui permettraient de recréer des environnements, qui ne seraient pas les salles fermées du musée, dans lesquels l’œuvre peut à nouveau communiquer avec celui qui l’observe.

Ma définition du musée virtuel ne correspond pas vraiment à celle de Francesco Antinucci. Le musée virtuel est celui que le visiteur peut créer lui-même, par divers moyens. Le premier « outil » était l’imagination humaine : c’est le musée imaginaire de Malraux. Internet permet de recréer à l’infini des infinités de collections d’œuvres et d’objets, suscitant des confrontations nouvelles. Le musée virtuel permet lui aussi un jeu, un commentaire et une réappropriation des œuvres (grâce aux moteurs de recherche et aux outils du Web 2.0). Le musée virtuel de Francesco Antinucci ressemble plutôt à une “machine à voir”. J’avais rencontré, dans mes lectures, un projet assez fou d’un compactus géant qui permettait d’amener mécaniquement des œuvres dans une petite salle dans laquelle il était possible de les observer à loisir. Il est clair que l’imagerie de synthèse permet cela. On pourrait remettre la Joconde à Chenonceaux, au-dessus du lit de François 1er, réassembler des tableaux provenant de retables, replacer les portraits dans des salons. Ainsi le visiteur comprendrait mieux le sens de ces images et le contexte de leur production. Mettre des dizaines de chefs-d’œuvre côté à côte, c’est une excellente manière de les faire passer inaperçus. Au fond le message fondamental de cet ouvrage est simple : plutôt que de se demander s’il faut des musées réels ou des musées numérisés, il faut voir quelle est la meilleure manière de valoriser le patrimoine culturel. Et dans ce domaine, la réponse devrait être très ouverte.

http://www.laterza.it/scheda_libro.asp? … 8842082866

Patrimoine immatériel

Le Pays de Galle s’est doté d’un site remarquable, intitulé Rhagor, dont le but est la promotion des différents musées abritant les collections nationales. Il a une approche transversale. Au lieu de présenter les collections, il présente diverses thématiques. Il offre des articles mettant en valeur certaines pièces. Il comporte des fonctionnalités intéressantes, comme des liens vers Google Map. Il appelle même les Gallois à participer au contenu, en envoyant des images numérisées représentant des gens au travail.
Mais son grand mérite est de donner une place au patrimoine immatériel du Pays de Galle. Pour mémoire, l’UNESCO considère que le patrimoine ne se restreint pas aux objets, mais est aussi constitué d’éléments qui ne se matérialisent pas: chants traditionnels, rituels, danses, etc. L’UNESCO a donc entrepris une campagne pour sensibiliser les responsables du patrimoine à cette question et a également établi une liste des traditions à préserver. On peut discuter de l’intérêt de cette liste, dont le risque est de scléroser des éléments qui sont en perpétuelle évolution. Il faut cependant reconnaître que le patrimoine immatériel est fragile.
Le site Rhagor offre donc la possibilité d’écouter des contes, dans la langue du pays, dit par des conteurs venant de tout le pays. Une carte indique les lieux de provenance de ces différents conteurs. On obtient une indication sur le conteur, puis des liens vers ses histoires.

Cette carte est assez remarquable, car elle met en parallèle des éléments aussi matériels que des musées et aussi fugaces que des histoires contées. Elle représente vraiment la multiplicité du patrimoine.

http://www.museumwales.ac.uk/en/rhagor/

UNESCO, patrimoine universel: http://portal.unesco.org/culture/fr/ev. … N=201.html

Musée virtuel par les visiteurs

Le site Flickr.com contient plus de 150’000 images avec le mot-clé Louvre. Beaucoup de ces photos représentent la cour du Palais du Louvre ou la Pyramide. En ce qui concerne les oeuvres, la Joconde et la Vénus de Milo ont la place d’honneur. Le mot-clé MOMA (Museum of Modern Art, à New York) permet d’accéder à 85’000 images environ. Plus loin, on a le Metropilitain Museum de New York, les musées Guggenheim, la Tate Gallery.Ce ne sont pas moins de 700’000 images à qui on a attribué le mot-clé de musée. Visiblement les visiteurs de musées apprécient de partager leurs images, leurs impressions. C’est peut-être ce phénomène qui a inspiré les initiateurs du site Photomoma.

Il s’agit ni plus ni moins d’un musée virtuel constitué non pas par le musée, mais par les visiteurs du MOMA. Ceux créent une image parallèle, alternative, donnant leur propre vision du musée et surtout des oeuvres qui s’y trouvent.
Les initiateurs du site, un directeur artistique et un spécialiste de l’enseignement à distance, cherchent à illustrer les changements qu’impliquent Internet dans le regard sur l’art.
En effet, les musées donnent, à travers leurs sites et publications, une images d’eux-mêmes et des oeuvres qu’ils abritent. Aujourd’hui les visiteurs publient leur propre vision, qui a sa valeur propre. C’est ainsi qu’on peut voir les salles encombrées des grands musées, les foules qui se pressent devant certaines oeuvres, les appareils photos brandis main levée pour pouvoir tout de même prendre l’oeuvre pour laquelle on a fait un long voyage. Quant aux oeuvres, chacun y va de son cadrage et, quand c’est possible, de sa mise en scène.

Photomoma: http://photomoma.org/

Site officiel du MOMA: http://moma.org/

Tout sur Chicago

La ville de Chicago a sa propre encyclopédie, en deux versions, l’une imprimée et l’autre en ligne. Toutes deux ont été développées en parallèle. La version numérique est accessible gratuitement et est d’une richesse extraordinaire. Tous les articles, allant de la présentation de personnages historiques à celle du club des Chicago Bulls (une encyclopédie se doit d’être complète), ont été écrits par des personnes autorisées (universitaires). La version en ligne offre bien entendu des plus, comme un dictionnaire biographique, une frise chronologique, des cartes et même des articles (essais) composés à partir de plusieurs documents du site. Elle offre aussi des vidéos de très vieilles séances filmées (notamment par Thomas Edison ou des personnes de sa compagnie), des cartes et des documents photographiés en haute résolution et “zoomable”. Parmi ces documents, on trouve aussi bien des photos que des articles de presse.
Telle qu’elle se présente sur Internet, cette encyclopédie a une présentation qui est inspirée de la version imprimée (ce qui est toujours le danger dans ce type de projet). Le meilleur signe en est peut-être l’entrée principale sous forme d’un index alphabétique. On aurait préféré d’autres types de menu ou de navigation: frise chronologique, carte et thèmes (histoire, économie, industrie, …). On peut aussi regretter la coexistence de sources de données différentes: en effet, le dictionnaire biographique devrait être fusionné avec l’ensemble des articles et ses notices développées. C’est probablement la modélisation des données qui se trouvent derrière l’encyclopédie qui est à revoir pour une prochaine version. Enfin, la participation du public n’est pas du tout requise. Pour une encyclopédie au niveau d’une ville, cela donnerait pourtant des résultats intéressants, notamment dans l’identification de lieux et de personnes sur des photos*.

Sur ce site, il y a un document présentant un grand intérêt dans le domaine de la présentation d’information. Il s’agit d’une carte de la ville indiquant les endroits où des troubles sociaux ont eu lieu en 1886. Cette carte est cliquable et elle permet d’obtenir diverses informations concernant un lieu précis: des données sur l’entreprise concernée, des données démographiques provenant de recensements officiels, les articles de presse. De tels exemples, on en redemande!

http://www.encyclopedia.chicagohistory.org/

Carte interactive: http://www.encyclopedia.chicagohistory. … 10002.html

* un exemple de demande d’aide au public pour l’identification de personnes sur des photographies:

http://foto.clarelibrary.ie/fotoweb/Gri … iveId=5011

Dis-moi, Muse!

Si les anciens vénéraient les Muses parce qu’elles inspiraient les aèdes au moment où ils se mettaient à raconter les histoires des héros comme Ulysse ou Achille, nous serons peut-être redevables à Internet de maintenir les connaissances de ces récits et surtout de les rendre accessibles sous des formes attractives. Le projet Chicago Homer est sans conteste parmi ceux qui donneront envie d’approfondir les textes épiques grecs.
Le site Chicago Homer permet de lire les vers grecs en parallèle avec le texte traduit dans une langue moderne. Chaque mot grec est cliquable, ce qui permet d’afficher à droite le mot tel qu’il apparaît dans le le dictionnaire, le lemme. En cliquant sur le lemme, on peut accéder à toutes les citations de ce mot dans les textes du projet (Homère, Hymnes homériques et Hésiode). Ainsi il est possible de voyager d’un texte à l’autre, en suivant un terme ou un personnage. Cet outil invite à une lecture discursive (la lecture suivie étant certainement préférable avec un livre dans un fauteuil au coin du feu). Il permet d’accéder à l’univers d’un mot dans l’univers de l’épopée grecque. Cela a beaucoup de sens, car l’épopée grecque était elle-même très hypertextuelle. Presque chaque vers comporte des allusions à d’autres épidodes ou une citation d’autres vers.

Le site Chicago Homer est lié à la bibliothèque digitale de référence Perseus. Les textes utilisés par le projet, qu’il s’agisse des originaux grecs ou des traductions en anglais ou en allemand, sont en partie anciens (et donc dans le domaine public) et en partie récents. Fort heureusement, des arrangements avec les éditeurs commencent à se faire.
L’ergonomie du système n’est pas encore idéale. On se perd un peu dedans et il n’est pas aisé de savoir comment revenir au premier texte que l’on était en train de lire. La fenêtre réduite n’est pas non plus idéale. Les écrans sont devenus spacieux et l’utilisateur aimerait sans doute avoir plus de place à disposition. Malgré ces petits défauts, l’Homère de Chicago est à intégrer dans vos bookmarks.

http://www.library.northwestern.edu/homer/

http://www.perseus.tufts.edu/