e-Iliade

Je me dois, de temps en temps, de donner des nouvelles de projets que j’ai présentés dans ce blog. En voici qui me tient particulièrement à coeur. Souvenez-vous! Je vous ai parlé de savants américains qui ont débarqué avec du matériel high-tech dans la vénérable bibliothèque Saint-Marc à Venise, afin de scanner les plus anciens manuscrits contenant le texte de l’Iliade d’Homère.

Homère 3D

Quelques mois plus tard, ces manuscrits sont en ligne et chacun peut se promener à l’intérieur. Je dis bien “promener”: les responsables du projet multi-Homère ont repris le système de navigation de Google Map pour permettre aux utilisateurs de lire les différents manuscrits, de se déplacer sur une page, de zoomer pour en agrandir ou en diminuer les caractères.

Même si on ne lit pas le grec, cela vaut la peine d’aller s’y balader, dans ces manuscrits. La qualité de la numérisation est si bonne qu’on perçoit le relief du parchemin. Avec cet outil, plus jamais on ne lira Homère comme avant. Les étudiants et les chercheurs pourront directement s’y reporter plutôt que de se fier à l’apparat critique. Il pourront eux aussi faire leur propre lecture du texte.
Il faut en effet savoir que les textes antiques nous sont parvenus à travers des manuscrits médiévaux qui ont été copiés pendant des siècles dans les monastères. Quand on dispose, pour une oeuvre, de plusieurs manuscrits, il faut les collationner, c’est-à-dire les comparer entre eux. A cela peuvent s’ajouter aussi les citations de parties du texte dans des auteurs antiques ainsi que des sources papyrologiques. Avec l’ensemble de ces documents, on reconstruit un texte qu’on imagine le plus proche de ce que l’auteur a pu écrire. Pour reprendre le jargon cher à ce blog, on actualise un texte virtuel.
Pendant des générations, il a fallu faire confiance à des éditeurs de texte qui avaient pu lire directement le texte sur parchemin ou qui avaient travaillé sur des photos. Aujourd’hui, l’accès à ces documents est direct et ouvert à tous. Ces documents sont sous licence Creative Commons, autorisant tout le monde à les utiliser et à les retravailler, pour autant que la source soit mentionnée et en dehors de toute utilisation commerciale.

Accès au manuscrit: http://chs75.harvard.edu/manuscripts/index.html?ms=u4

Site du projet Homer Multitext Project (Harvard’s Center for Hellenic Studies): http://chs.harvard.edu

Cartographie 2.0

Internet donne à chacun la possibilité d’éditer des cartes, comme en témoigne le site GeoCommons. On peut y importer des données ou en exporter: tout ce qui est mis sur le site est à disposition de chacun sous une licence Creative Commons. Avec les données disponibles, il est possible d’éditer ce qu’on appelle des “heat maps”, c’est-à-dire des cartes de répartitions avec un effet “chaleur”. Les endroits avec des concentrations les plus importantes apparaissent comme les plus chauds.

Pour voir comment cela fonctionne, on peut prendre l’exemple d’un jeu de données provenant d’un relevé officiel, mais elles ont été intégrées dans le système par un auteur anonyme. Grâce à ce jeu de données, il est possible de produire des cartes de répartition des travailleurs selon le sexe et le domaine de travail, dans la région de Los Angeles, en 2000. On choisit la catégorie et obtient un résultat (en prévisualisation):


Femmes travaillant dans le domaine du nettoyage (lieu de travail)


Travailleurs des deux sexes travaillant dans le domaine de l’informatique (lieu de travail)

Ces cartes donnent une idée de la répartition des activités dans une zone données.

Descriptif des données: http://www.geocommons.com/data_set/show/1420

Avec ce jeu de données, il est ensuite possible de créer une carte pour laquelle on a un lien permanent:

http://www.geocommons.com/workspace/show/5173

En l’occurrence, il s’agit de la répartition des places de travail dans le domaine de l’informatique.

Pour l’instant, il ne semble pas possible d’importer ces cartes sur un autre site. De plus, le design est très limité: on n’a pas la possibilité de choisir une gamme de couleurs plus élargie ou différente pour le layer indiquant la densité. Manque aussi, pour les visiteurs du site, la possibilité de commenter les cartes. Seul le nombre de téléchargement des données est accessible et constitue un indicateur de l’intérêt de ces données. En revanche, l’application assure une traçabilité des cartes dans la mesure où le lien avec le jeu de données est toujours présent.
Il s’agit d’une application Web 2.0, mais elle suppose un certain savoir-faire, pas tellement en informatique, mais plutôt dans le domaine de l’intelligence des données.
Il faut aussi savoir manipuler les données géographiques pour créer les fichiers au format KML.

Avec ce genre d’applications, on assiste peut-être à évolution dans le domaine du Web 2.0. En effet, les premières applications étaient très simples et pouvaient être utilisées par tout le monde (pour peu que l’on sache écrire): blogs, wikis. Mais les applications comme GeoCommons s’adressent plutôt à des spécialistes. L’avantage est bien entendu que ces spécialistes disposent d’outils gratuits permettant de créer des produits de qualité.

Festival de cartes

A Chigaco vient de s’ouvrir le Festival des cartes, un ensemble de manifestations réunissant une trentaine d’institutions de la ville: instituts de recherche, musées, écoles et même la vénérable Encyclopaedia Britannica. Autant d’expositions à découvrir pour le public.

http://www.festivalofmaps.com/ (site Flash uniquement)

Le site du Festival présente une certaine cohérence avec le thème puisqu’on y navigue à l’aide d’une carte dynamique de la ville. Les points mènent sur les fiches d’événements qui conduisent eux-mêmes vers les sites des institutions. C’est une manière agréable de découvrir les sites Internet des musées de Chicago dont certains recèlent de grandes richesses. Par exemple:

http://speculum.lib.uchicago.edu/

Ce que montrent toutes ces expositions, c’est l’importance de la carte géographique, un type de document riche en informations. Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour qu’Internet accorde aux représentations géographique une place essentielle: Google Map et Google Earth, Yahoo Map et même la géographie “imaginaire” de Second Life constituent autant de manières de se mouvoir dans le monde virtuel et d’accéder à des informations.

Tableau de bord

Les musées publient habituellement sur leurs sites Web des informations pratiques ainsi que les collections. Certains essaient aussi de montrer comment leur institution fonctionne. Ce type d’information n’est pas toujours simple à présenter et il peut sembler parfois rébarbatif. Le Musée d’art d’Indianapolis a opté pour un tableau de bord. Ce dernier est construit à partir d’un système d’indicateurs, probablement utilisés pour sa gestion. Il présente ces indicateurs sous la forme d’un chiffre et d’une icône. En cliquant sur le lien pour avoir plus d’informations, on obtient la définition de l’indicateur ainsi que la précédente valeur. Les visiteurs du site ayant un compte peuvent même commenter ces chiffres.

Ainsi il est possible d’avoir des indications dans les domaines les plus divers du fonctionnement: de la consommation électrique aux finances, en passant par le nombre de visiteurs du musée ou du site, les objets prêtés, nouvellement exposés ou acquis. Il est aussi possible de savoir le temps consacré à l’expertise des oeuvres ou à leur restauration. La courbe des visiteurs est actualisée toutes les 5 minutes.
Ces indicateurs donnent au visiteur une idée de la complexité d’une institution muséale. Ils apportent une certaine transparence sur ses activités et peuvent servir à justifier les budgets publics demandés. Ils obligent bien entendu le musée à maintenir ses efforts de gestion.
Aussi bien les contenus que l’aspect graphique invitent à la lecture. Il semble bien que les muséographes aient cherché à appliquer certaines de leurs recettes dans cette partie du site. Il n’y a d’ailleurs pas que les musées qui pourraient s’inspirer d’un tel exemple.

http://dashboard.imamuseum.org/

Qui sont les pirates?

Le Tribunal fédéral, en Suisse, a décidé récemment que les baladeurs numériques, les magnétoscopes à disque dur et les appareils semblables seront taxés. Selon le journal de la Fédération romande des consommateurs, le prix de ces appareils augmentera d’une somme allant de 12 à 90 frs, la taxe étant proportionnelle à la capacité.
De fait, l’utilisateur honnête paiera à deux reprises des droits d’auteur, d’abord en achetant un CD ou en téléchargeant légalement de la musique sur Internet, puis en acquérant un Ipod pour les écouter. La copie privée est légale, à certaines conditions. Les supports enregistrables, cassettes, CD-ROM, DVD, sont déjà frappés d’une taxe. Mais il s’agit de simples supports. Il en va tout autrement des lecteurs MP3, qui ne comportent pas seulement un support, mais également le système informatique permettant de les lire. Dès lors leur assimilation à un simple support est un peu excessive. En effet, quand on télécharge de la musique sur Internet, il est quasi implicite qu’on l’écoutera sur un baladeur MP3. La copie sur le baladeur via l’ordinateur n’est qu’un geste technique. On met toujours en avant la facilité de copier et les pratiques dites pirates (téléchargements illégaux sur Internet) pour justifier en arrière-fond ces doubles taxations. A la fin, c’est toujours le consommateur qui est le perdant. On est en droit de se demander qui sont les pirates.

Personne ne conteste le fait que les artistes doivent pouvoir générer des revenus avec leurs oeuvres. Il faut cependant admettre que les recettes appliquées depuis longtemps ne sont plus vraiment adaptées à la nouvelles donne. Internet et les technologies numériques ont profondément bouleversé les habitudes de consommation et il faut savoir en tenir compte. Les artistes et ceux qui essaient de défendre réellement leurs activités seraient bien inspirés de lire le livre d’Alban Martin, “L’âge de Peer : Quand le choix du gratuit rapporte gros”.

Cet ouvrage montre de manière convaincante comment l’offre gratuite peut servir d’amorce à la consommation de produits achetés, comme des CD, des CD collectors, des billets de concerts. Il va cependant beaucoup plus loin en assurant que l’avenir est dans la co-création de valeurs, un processus qui met en jeu aussi bien les artistes, les société productrices d’un côté, que les auditeurs/consommateurs. Ces derniers peuvent donner leur avis, interagir avec les artistes, avoir accès direct à l’univers de leurs groupes et chateurs préférés (sites Web exclusifs, accès aux différentes étapes de la production d’un CD, etc…). Ils peuvent aussi être partie prenante dans la création d’une oeuvre, soit en la produisant (l’auteur donne des exemples d’albums produits par des fans), soit en retravaillant les morceaux. Cette dernière pratique, courante dans certains domaines musicaux, suppose une conception différente des droits d’auteurs.
Ce livre montre que l’avenir de la musique, autant dans sa consommation que dans sa production, est à réinventer. C’est le défi lancé aussi bien aux artistes qu’à leurs admirateurs, qui ne souhaitent plus être réduits à de simples consommateurs.

http://www.frc.ch/communique-news.php?id_com=257

http://www.suisa.ch/home_f.htm

http://www.amazon.fr/L%C3%A2ge-Peer-Qua … 2744062464

Press 2.0 ou presque

La presse sur Internet s’enrichit et s’affranchit peu à peu des titres imprimés. Voici quelques adresses de sites récents.
Les trois premiers titres sont assez semblables du point de vue de leur fonctionnement: les contenus peuvent provenir d’une rédaction ou des utilisateurs (qui doivent créer un compte pour publier). Les nouvelles sont mises en évidence de diverses manières: tags (mots-clés), articles les plus lus, derniers articles postés. Tous les sujets (petits et grands) sont traités et on colle d’assez près à l’actualité.

Rue89

Ce site d’information a été créé par trois journalistes de Libération. Le style est un peu criard: gros titres écrits en rouge et noire, photos chocs.

http://www.rue89.com/

lepost.fr

Plus calme. Le style fait plutôt penser à flickr.com, dans le rose et bleu.

http://www.lepost.fr/

Le Web 2.0 au féminin

Dans Ladiesroom, les femmes se parlent entre copines, mêlant sujets sérieux et badinages. Le site est écrit par ses utilisatrices.

http://www.ladiesroom.fr/

nonfiction.fr

Ici on change de style. Le site se présente comme le portail francophone des livres et des idées. Il publie des critiques de livres, mais aussi sur certains sites Web. Il est animé par une équipe d’environ 300 personnes.
Il ne s’agit donc pas d’un site typique du Web 2.0, dans le sens où il y a une rédaction définie. Il offre tout de même aux lecteurs la possibilité d’écrire des commentaires sur les différents articles.


Photo: ulle.b (Flickr.com)

http://www.nonfiction.fr

Travailler au vert

Des enfants en bas âge à la maison? Pas envie de gonfler les foules qui se précipitent chaque matin et chaque soir dans les gares ou sur les routes? Désir de gérer son emploi du temps ou son temps d’emploi? La solution pour vous est peut-être de devenir une assistante virtuelle. C’est une plus nouvelle manière de travailler qu’un nouveau métier. Aux Etats-Unis, cette voie tente de plus en plus de personnes, notamment des femmes. Ces personnes sont à leur compte et offrent leurs services à d’autres personnes pratiquant le plus souvent des professions libérales, comme des avocats ou des médecins. Chacun peut y trouver son compte: le donneur de mandat n’a plus besoin de locaux aussi grands. L’assistante virtuelle est à la maison et peut travailler au moment où cela lui convient. Les assistants ont même leur association: International Virtual Assistants Association (IVAA).
International Virtual Assistants Association: http://www.ivaa.org/

Grâce à Internet, il est véritablement possible de travailler à distance, tout en partageant les mêmes dossiers informatiques. Google par exemple offre une véritable suite bureautique en ligne: traitement de texte, tableur et bientôt logiciel de présentation. A cela s’ajoute le calendrier partagé. Adobe et Microsoft annonce la sortie prochaine de leur suite bureautique en ligne, respectivement Buzzword et Office Live Workspace. Des firmes commencent à offrir de véritables bureaux virtuels, avec la possibilité de stocker sur un serveur distant des données en grande quantité que l’on peut atteindre et retravailler de tout endroit connecté à Internet.

Suites en ligne: http://www.01net.com/editorial/360127/m … -en-ligne/
Buzzword: http://preview.getbuzzword.com/
Office Live Workspace: http://office.microsoft.com/en-us/offic … 21033.aspx
Bureaux virtuels: http://www.01net.com/editorial/360671/m … -virtuels/

On assiste là à ce qui constitue un corollaire de la virtualisation: la déterritorialisation. Peu importe l’endroit où on se trouve, pour peu que l’on soit connecté à Internet, on peut collaborer avec d’autres personnes, travailler à des projets en commun. Voilà qui pourrait considérablement changer notre mode de vie. Les assistantes virtuelles l’ont déjà compris.

Virtual Philadelphia

La ville de Philadelphie sera prochainement dotée d’un modèle en 3D de son centre ville, accessible en ligne. Ce projet est dû à l’initiative du Center City District (CCD), une association de partenaires économiques privés dont le but est d’améliorer les activités commerciales et de maintenir le centre ville propre. Les internautes pourront visiter la cité virtuellement, en marchant, en volant ou bien au volant d’un véhicule. Outre la pure flânerie, ce modèle 3D permettra d’autres activités. On pourra y découvrir des projets de développement, notamment de nouvelles constructions. On y cherchera des locaux à louer ou bien à acheter. On obtiendra toutes sortes d’informations sur la vie à Philadelphie. Les entreprises pourront y offrir des services.

Ce projet montre bien l’intérêt de la 3D comme interface d’accès à l’information et aux services. Elle a longtemps été considérée comme peu ergonomique par les spécialistes. Cependant une nouvelle génération d’usagers sensibilisée à la 3D par les jeux vidéos arrive à l’âge adulte, ce qui rend ce mode intéressant. C’est aussi un des enseignements du monde virtuel de Second Life: la 3D peut servir à d’autres activités que le jeu.
L’un des usages de Virtual Philadelphia qui me semble très prometteur est celui de la publication de projets architecturaux. Un tel modèle 3D permet de simuler l’aspect d’un quartier avec des constructions futures, donnant aux citoyens la possibilité de se faire une meilleure opinion. On sait en effet que les plans sont des documents difficiles à lire pour le commun des mortels. Les dessins et maquettes ne donnent qu’une idée approximative.
Virtual Philadelphia est un projet privé, mais on peut tout à fait imaginer que de grandes villes se dotent de tels modèles 3D pour informer leurs citoyens et développer leurs activités économiques.

http://www.centercityphila.org/virtualp … fault.aspx

Ratatouille de pixels

Hier soir, j’ai accompagné mon fiston au cinéma, pour voir le film du moment, Ratatouille. Le film est aimable, un conte de fées intégralement en images de synthèse. Ce qui m’a cependant frappée, c’est qu’avant le film, nous avons droit à 3 lancements et que ces 3 lancements concernaient des oeuvres en image de synthèse. Il y avait l’inévitable retour de Shreck, une abeille cascadeuse et un pingouin surfeur.
Autre trait intéressant, dans le générique final du film Ratatouille: on y parlait d’artistes. Mais ils s’agissait des artistes de l’animation, des artistes de la lumière et de l’ombre. Des termes très poétiques qui montrent bien que, même si les acteurs ont disparu de l’écran dans ces films, ces derniers sont encore conçus et réalisés par des humains. Leur création suppose des métiers nouveaux et de nouvelles compétences. Je veux bien croire que ces gens sont des artistes. Mais leur travail est comparable à celui du marionnettiste. On ne le voit guère derrière, caché derrière le décor. Tout au plus découvre-t-on ses mains ou bien on aperçoit quelques fils. Mais c’est pourtant lui qui donne vie à sa créature. Sans lui, la marionnette ne s’animera pas.


;-) Vous reprendrez bien quelques pixels?

Frise chronologique

La frise chronologique (timeline en anglais) est une bande correspondant à une échelle temporelle, que l’on peut dérouler dynamiquement sur l’écran et qui contient des informations placées le point ou la période correspondants de l’échelle temporelle. Il peut servir à présenter des objets, des civilisations, des événements selon une logique chronologique. En français, on parle de frise chronologique. Ce type de représentation peut être utilisé sur des sites muséaux pour situer des oeuvres ou des objets ou sur des sites éducatifs, afin de présenter une succession d’événements historiques.

Exemples:

* Frise chronologique des naufrages: http://nadl.tamu.edu/
* Frise chronologique du MET: http://www.metmuseum.org/toah/splash.htm (excellente réalisation)


Extrait de la frise chronologique du MET

En fait, une frise chronologique peut servir à toute présentation chronologique, qu’il s’agisse des étapes d’un projets ou d’un agenda.

Le projet SIMILE, qui réunit des institutions du MIT, cherche à mettre à disposition des outils Web basés sur des standards. Les développeurs du projet ont créé un script de timeline que chacun peut utiliser à distance. Cela rend aisé la création de frises chronologiques:

Tutorial: http://simile.mit.edu/timeline/docs/cre … lines.html

Projet SIMILE: http://simile.mit.edu

Voici une frise chronologique réalisée grâce à ce script et retraçant quelques péripéties des explorations relatées dans ce blog.

http://www.be-virtual.ch/timeline/Timeline.html