e-Iliade

Je me dois, de temps en temps, de donner des nouvelles de projets que j’ai présentés dans ce blog. En voici qui me tient particulièrement à coeur. Souvenez-vous! Je vous ai parlé de savants américains qui ont débarqué avec du matériel high-tech dans la vénérable bibliothèque Saint-Marc à Venise, afin de scanner les plus anciens manuscrits contenant le texte de l’Iliade d’Homère.

Homère 3D

Quelques mois plus tard, ces manuscrits sont en ligne et chacun peut se promener à l’intérieur. Je dis bien “promener”: les responsables du projet multi-Homère ont repris le système de navigation de Google Map pour permettre aux utilisateurs de lire les différents manuscrits, de se déplacer sur une page, de zoomer pour en agrandir ou en diminuer les caractères.

Même si on ne lit pas le grec, cela vaut la peine d’aller s’y balader, dans ces manuscrits. La qualité de la numérisation est si bonne qu’on perçoit le relief du parchemin. Avec cet outil, plus jamais on ne lira Homère comme avant. Les étudiants et les chercheurs pourront directement s’y reporter plutôt que de se fier à l’apparat critique. Il pourront eux aussi faire leur propre lecture du texte.
Il faut en effet savoir que les textes antiques nous sont parvenus à travers des manuscrits médiévaux qui ont été copiés pendant des siècles dans les monastères. Quand on dispose, pour une oeuvre, de plusieurs manuscrits, il faut les collationner, c’est-à-dire les comparer entre eux. A cela peuvent s’ajouter aussi les citations de parties du texte dans des auteurs antiques ainsi que des sources papyrologiques. Avec l’ensemble de ces documents, on reconstruit un texte qu’on imagine le plus proche de ce que l’auteur a pu écrire. Pour reprendre le jargon cher à ce blog, on actualise un texte virtuel.
Pendant des générations, il a fallu faire confiance à des éditeurs de texte qui avaient pu lire directement le texte sur parchemin ou qui avaient travaillé sur des photos. Aujourd’hui, l’accès à ces documents est direct et ouvert à tous. Ces documents sont sous licence Creative Commons, autorisant tout le monde à les utiliser et à les retravailler, pour autant que la source soit mentionnée et en dehors de toute utilisation commerciale.

Accès au manuscrit: http://chs75.harvard.edu/manuscripts/index.html?ms=u4

Site du projet Homer Multitext Project (Harvard’s Center for Hellenic Studies): http://chs.harvard.edu

Dis-moi, Muse!

Si les anciens vénéraient les Muses parce qu’elles inspiraient les aèdes au moment où ils se mettaient à raconter les histoires des héros comme Ulysse ou Achille, nous serons peut-être redevables à Internet de maintenir les connaissances de ces récits et surtout de les rendre accessibles sous des formes attractives. Le projet Chicago Homer est sans conteste parmi ceux qui donneront envie d’approfondir les textes épiques grecs.
Le site Chicago Homer permet de lire les vers grecs en parallèle avec le texte traduit dans une langue moderne. Chaque mot grec est cliquable, ce qui permet d’afficher à droite le mot tel qu’il apparaît dans le le dictionnaire, le lemme. En cliquant sur le lemme, on peut accéder à toutes les citations de ce mot dans les textes du projet (Homère, Hymnes homériques et Hésiode). Ainsi il est possible de voyager d’un texte à l’autre, en suivant un terme ou un personnage. Cet outil invite à une lecture discursive (la lecture suivie étant certainement préférable avec un livre dans un fauteuil au coin du feu). Il permet d’accéder à l’univers d’un mot dans l’univers de l’épopée grecque. Cela a beaucoup de sens, car l’épopée grecque était elle-même très hypertextuelle. Presque chaque vers comporte des allusions à d’autres épidodes ou une citation d’autres vers.

Le site Chicago Homer est lié à la bibliothèque digitale de référence Perseus. Les textes utilisés par le projet, qu’il s’agisse des originaux grecs ou des traductions en anglais ou en allemand, sont en partie anciens (et donc dans le domaine public) et en partie récents. Fort heureusement, des arrangements avec les éditeurs commencent à se faire.
L’ergonomie du système n’est pas encore idéale. On se perd un peu dedans et il n’est pas aisé de savoir comment revenir au premier texte que l’on était en train de lire. La fenêtre réduite n’est pas non plus idéale. Les écrans sont devenus spacieux et l’utilisateur aimerait sans doute avoir plus de place à disposition. Malgré ces petits défauts, l’Homère de Chicago est à intégrer dans vos bookmarks.

http://www.library.northwestern.edu/homer/

http://www.perseus.tufts.edu/

Homère en 3D

Quand les technologies les plus récentes rejoignent le passé le plus lointain, ce dernier peut retrouver une nouvelle vie. C’est en tout cas le pari fait par une équipe de chercheurs américains venus à Venise, dans la Bibliothèque Saint-Marc, afin de scanner le plus ancient manuscrit conservé du texte de l’Iliade d’Homère, connu sous le nom de Venetus A. Ce manuscrit est très fragile et la dernière couverture photographique qu’on en ait faite date du début du 20ème siècle. Les initiateurs du projet ne veulent pas se contenter de refaire une numérisation des pages, à plat, pour donner une version en haute définition. Ils veulent aller plus loin et offrir aux chercheurs une version virtuelle du manuscrit en 3D, avec ses défauts, ses aspérités, rendant probablement inutile la consultation du manuscrit lui-même, mais permettant à beaucoup plus de gens de le consulter. En effet, le résultat sera mis en ligne sous licence Creatives Commons.
L’épouse d’un des membres de l’équipe a écrit un article sur le site du magazine Wired, décrivant les conditions de travail très difficile dans les bâtiments anciens de la Bibliothèque Saint-Marc, dont le courant électrique était trop faible pour permettre l’utilisation de tout l’appareillage nécessaire.


Photo: Amy Hackney Blackwell

Cette réalisation fait partie d’un projet plus important, intitulé Homer Multitext. Grâce à lui, une version du texte d’Homère sera mise au format XML pendant cette été, par des étudiants hellénistes.
Ces initiatives mettent à la disposition de chacun des documents et des informations qui ne sont pas des produits finis, grand public. Il s’agit des sources de base permettant de travailler de manière directe sur le texte d’Homère, en vue par exemple de l’éditer. On peut imaginer qu’avec de tels outils, les étudiants en grec ancien pourront s’exercer au travail exigeant de l’édition sur un autre support que de vieilles photographies.

http://www.wired.com/gadgets/miscellane … iliad_scan

http://marciana.venezia.sbn.it/

http://www.chs.harvard.edu/publications … titext.ssp