La lune de miel continue …

Décidément, mon iPhone est un sérieux concurrent pour mes autres activités numériques. En fait, j’ai passé d’excellentes vacances en sa compagnie. Je reviens sur une de ses caractéristiques. L’un des facteurs de succès du iPhone est probablement le même que celui qui a assuré une gloire universelle à Facebook: les applications. Il est possible d’acquérir, dans une partie d’iTunes appelé Apple Store de petites applications à charger ensuite sur son iPhone (ou son iPod touch). Certaines sont gratuites et d’autres payantes. La gratuité ne devrait cependant pas nous faire oublier un certain sens critique.

Applications iPhone

On peut en effet classer ces applications en plusieurs catégories:

Les gadgets

Ils ne servent à rien, sauf à amuser vos amis ou vos petits neveux. Imaginez: une boîte à meuh (pas très classe pour le iPhone), un briquet inutile pour allumer la cigarette de votre voisine (un geste rayé du rayon de l’élégance à cause des campagnes anti-tabacs), mais peut-être utile pour balancer votre iPhone au bout de votre bras levé à la fin d’un concert, et surtout l’épée-laser de Jedi (qui fera de vous un héros aux yeux éblouis de votre neveu). Ce qui est pratique, avec la synchronisation, c’est qu’on peut installer et désinstaller ces applications comme on veut. Attention quand même aux applications qui produisent des jeux de données (scores, textes, …).

Les utilitaires

En accompagnant mon fils dans une papeterie pour les achats de la rentrée, je me suis mise à flâner entre les rayons en me posant cette simple question: si j’ai un iPhone dans mon sac, combien d’objets est-il en mesure de remplacer? Voici une petite liste non exhaustive: l’agenda est évidemment la première victime, car l’iPhone a un calendrier et un carnet d’adresses synchronisables avec l’ordinateur. On peut aussi se passer facilement du lecteur MP3, d’un livre à lire dans le train puisqu’il existe des applications permettant de télécharger et lire des livres numériques. On peut aussi oublier à la maison la carte de géographie, l’horaire des chemins de fer. Exit la calculatrice. Adieu la montre. Même la loupe permettant de lire les cartes est inutile, car le iPhone a une fonction d’agrandissement. Finalement le sac à main s’allège. Maintenant il y a de la place pour le rouge à lèvres, la poudre et le chargeur du iPhone, car bien entendu toutes ces applications sont gourmandes en énergie. On peut lire un livre numérique et écouter de la musique en même temps, pas on ne fera pas le Transsibérien avec une charge de batterie…

Les jeux

La variété est immense. Ma préférence va aux jeux brefs équivalents à des patiences: cartes ou mahjong. Mais si on a des enfants, les conflits sont inévitables, car certains jeux sont très réussis et relèguent le Gameboy au fond du sac à dos.

Les applications liées au GPS

A part l’application géographique qui jusqu’à présent m’a convaincue, le reste laisse quelques désillusions. Une application permettant de calculer en temps réel la vitesse d’un véhicule a donné des résultats peu réalistes: un 60 km/h bien tenu au compteur oscillait entre 40 et 170. Une autre application permet de suivre une personne munie d’un iPhone sur une carte en ligne. Avant de céder à la tentation, il faut peut-être réfléchir au fait que l’iPhone envoie des données sur un serveur distant: cela peut avoir des conséquences sur la facture et on stocke aussi des données sur ses déplacements chez un tiers (qui se veut rassurant sur cette question).

Les applications de réseautage

L’un des avantages du iPhone est de pouvoir continuer à exister sur un réseau social numérique sans être rivé à son ordinateur. Bonne nouvelle donc pour tous les accrocs du mail, des réseaux sociaux, du tchat, du blog: grâce au iPhone, ils peuvent désormais sortir de chez eux, aller se promener voire même partir en pique-nique (une alternative bienvenue à la pizza livrée à domicile dont les miettes finissent entre les touches du clavier).

Ce qu’on ne trouve pas pour l’instant

Je n’ai pas encore tout regardé en détail. Je n’ai pas encore vu de suite bureautique (si ce n’est des utilitaires permettant de prendre des notes). Peut-être faut-il utiliser celles qui sont disponibles en ligne? Voilà en tout cas qui nous oblige à nous encombrer d’un ordinateur portable, si on doit travailler dans le train.

J’ai quand même le sentiment que l’iPhone oscille entre utilitaire et objet de loisir. Rappelons tout de même qu’avec un iPhone, il est aussi possible de téléphoner …

Comments are closed.