Une loi de Moore pour les réseaux sociaux

Lors du Web 2.0 Summit de novembre 2008, Mark Zuckerberger, l’un des fondateurs et le directeur exécutif de Facebook, a émis l’hypothèse d’une loi analogue à la loi de Moore pour le partage d’information sur les réseaux sociaux. Selon Gordon Moore, le fondateur d’Intel, la capacité des puces électroniques devait doubler tous les deux ans. Sa prédiction s’est révélée étonnamment exacte pendant longtemps, mais elle butte maintenant sur des frontières physiques liées aux matériaux utilisés. Zuckerberger postule que la quantité d’informations partagée par les utilisateurs des réseaux sociaux va doubler tous les ans.

http://bits.blogs.nytimes.com/2008/11/06/zuckerbergs-law-of-information-sharing/

Les derniers chiffres publiés par comScore tendent à prouver que cette prédiction est correcte. En un an, le nombre de visiteurs uniques par mois de Facebook a doublé, passant de 54 millions en décembre 2008 à plus de 111 millions en décembre 2009. Il ne s’agit pas du nombre de personnes qui ont un compte Facebook, mais du nombre de ceux qui visitent effectivement le site au moins une fois dans le mois. Le nombre d’utilisateurs semble avoir aussi doublé durant ce laps de temps. Ce qui est intéressant, c’est d’observer l’activité des utilisateurs. Le nombre moyen de visiteurs quotidiens a passé de 13 millions à 37 millions (+ 180%). Le total de minutes passées sur le système a augmenté de presque 200%. Le nombre de pages vues par mois a grimpé de 150% et le nombre total de visites a augmenté de plus de 230%, passant de 913 millions à 3 milliards. En clair, l’usage du site augmente plus vite que le nombre de ses utilisateurs.

http://blog.comscore.com/2010/01/strong_year_for_facebook.html

Est-ce vraiment étonnant ? Facebook et les réseaux sociaux en général sont peut-être les types de site les plus conformes à la nature d’Internet. Internet est avant tout un réseau ne comportant aucun centre, mais des nœuds dont certains sont plus importants que les autres. Cependant quand Internet est devenu un outil d’information grand public, les premiers modèles de diffusion ressemblaient furieusement  à ceux des médias classiques : des producteurs de données créaient des sites et diffusaient leur information, à l’image des journaux, des télévisions et des radios. Peu à peu, de nouvelles formes ont émergé. Le blog permettait le dialogue entre les utilisateurs et le diffuseur. Le wiki instaurait la collaboration en ligne à large échelle. Cette possibilité donnée à chacun de publier des informations a rendu la frontière entre émetteur et récepteur complètement floue. Le Web commençait à fonctionner en réseau. Avec Facebook et les réseaux sociaux, on assiste peut-être à un tournant : c’est le réseau qui prend le pas sur l’information. L’information sert en quelque sorte de monnaie d’échange aux participants. Pour que le réseau fonctionne, se développe, il doit, dans une première phase, attirer des participants et, dans une seconde phase, encourager l’utilisation du système.

Violon

Avec Facebook et les autres réseaux sociaux, on ne peut plus parler de site Internet, mais d’écosystème de l’information. Les enjeux sont maintenant d’ordonnancer l’information qui passent à travers ces écosystèmes. Ce sont donc les fonctions de recherche qui deviennent cruciales. Twitter mise complètement sur la recherche et la mise en exergue des trends.

Facebook peut-il devenir un outil d’information ? C’est une question cruciale. L’information que ses utilisateurs publient provient de deux sources : les données personnelles, comme des photos de vacances, des commentaires, et le Web, dont les internautes diffusent le contenu en partageant des liens. Facebook sert de caisse de résonance aux sites et même aux blogs. Il ne suffit plus de publier une information sur un blog ou un site, mais il faut encourager ou susciter sa reprise par des utilisateurs à travers les réseaux sociaux. De cette manière, l’information se diffuse plus largement.  

One Response