Digital natives: mythe ou réalité?


Qu’en est-il des digital natives? Lift a tenté de répondre en y consacrant une session. Antonio Casilli, chercheur à l’EHESS, a montré que cette catégorie ne correspondait pas à une évidence du point de vue empirique. Il s’agirait d’une construction dues à des raisons économiques (les jeunes sont friands de produits à forte valeur ajoutée comme les jeux), culturelles (vision optimiste du futur) et démographique (exclusion sociale des seniors).

Dans la même session, un digital native est venu expliquer comment sa génération utilise Internet. Il nous a expliqué les attentes et pratiques des jeunes, forcément nés avec un ordinateur dans les mains. Tout d’abord, ils s’attendent à tout ce qu’ils trouvent sur le Net soit gratuit. La seule chose qu’ils payent est l’abonnement mensuel. Tout doit aussi être simple, rapide, facile. Ils baignent dans une information en temps réel, accessible constamment. Quant à Facebook, tout le monde l’utilise. Les jeunes ne sont pas préoccupés autrement par les problèmes liés à la vie privée. A la question de savoir s’il avait un sentiment d’addiction, posée par le public, notre jeune digital native a répondu par la négative.

Alors, ils existent, ces digital natives? Ce qui est certain, c’est que la question va disparaître avec le temps. De plus, il existera toujours dans la société des pratiques variables selon les individus.

Comments are closed.