Le machin

C’est ainsi que le général de Gaulle avait coutume de qualifier l’ONU. Ce terme pourrait tout aussi bien servir à décrire le récent portail français de la culture.

http://www.culture.fr/

Ce site a pour ambition de donner accès à l’ensemble du patrimoine français, tous domaines confondus. Il constitue aussi bien un moteur permettant d’effectuer des recherches dans les grandes collections numérisées qu’un méga-agenda des événements culturels. Il répertorie également tous les musées, les bibliothèques et les institutions actives dans le domaine culturel.

Qui trop embrasse mal étreint. On se perd facilement dans ce site. La partie événementielle aurait constitué un site à elle seule, avec des aspects rédactionnels mieux marqués. Le site anglais donnant l’actualité des musées constitue un exemple réussi d’encouragement à la visite d’expositions et d’événements culturels en tous genre.

http://www.24hourmuseum.org.uk/

La partie la plus problématique est cependant celle qui permet d’accéder aux collections en ligne. La France a un patrimoine d’une richesse exceptionnelle. Il s’agissait de réunir 1 millions d’images provenant de 240 sources*. La recherche est donc effectuée à travers ces différents sites. Les réponses s’affichent dans le portail. Cependant dès que l’on choisit un objet, on est emmené sur le site correspondant (celui du Louvre ou la base Joconde). Le site est pourvu d’une aide à la recherche. Quand on choisit un terme, en l’occurrence “Vénus”, on reçoit dans la partie gauche du site des propositions d’affinement de la recherche, des listes finis de mots associés, de périodes historiques, de personnages, de musées. Ces termes proviennent probablement de l’ensemble des méta-données de la liste des réponses à la requête initiale. Les propositions laissent songeur. Ainsi pour le terme Vénus, on a les termes associés suivants:

– dieux assemblées
– Vénus suppliant
– assemblée des dieux
– Coypel Antoine
– Jupiter

Pour ce qui est des périodes, on a les 16ème, 17ème, 18ème et 19ème siècles, ainsi que le 4ème quart du 17ème siècle, période pour laquelle on a 146 entrées (avec image).

Ces termes donnent une idée de la qualité des catalogues, remplis sans vocabulaire contrôlé. De plus, les termes sont spécialisés. Le public n’est pas invité à indexer lui-même ces bases, ce qui aurait permis d’avoir des mots utilisables pour la plupart des gens.

Sur ce site, il est possible de créer un compte gratuit. Dès lors, les résultats intéressants des recherches peuvent être stockés dans le panier (sic). On peut aussi s’abonner au fil RSS d’une requête. Ainsi l’abonné est averti chaque fois que la base s’est enrichi d’une nouvelle entrée correspondant à ses intérêts. Ces deux fonctionnalités s’adressent bien entendu à des spécialistes: archéologues, historiens de l’art, etc…

Ce portail n’est donc pas encore le site qui permettra une valorisation du patrimoine français correspondant à sa valeur.

Autre site sur le patrimoine numérisé en France: http://www.numerique.culture.fr/mpf/pub-fr/index.html

* http://www.culture.gouv.fr/culture/actu … iques2007/

Leave a Reply

*