Qui sont les pirates?

Le Tribunal fédéral, en Suisse, a décidé récemment que les baladeurs numériques, les magnétoscopes à disque dur et les appareils semblables seront taxés. Selon le journal de la Fédération romande des consommateurs, le prix de ces appareils augmentera d’une somme allant de 12 à 90 frs, la taxe étant proportionnelle à la capacité.
De fait, l’utilisateur honnête paiera à deux reprises des droits d’auteur, d’abord en achetant un CD ou en téléchargeant légalement de la musique sur Internet, puis en acquérant un Ipod pour les écouter. La copie privée est légale, à certaines conditions. Les supports enregistrables, cassettes, CD-ROM, DVD, sont déjà frappés d’une taxe. Mais il s’agit de simples supports. Il en va tout autrement des lecteurs MP3, qui ne comportent pas seulement un support, mais également le système informatique permettant de les lire. Dès lors leur assimilation à un simple support est un peu excessive. En effet, quand on télécharge de la musique sur Internet, il est quasi implicite qu’on l’écoutera sur un baladeur MP3. La copie sur le baladeur via l’ordinateur n’est qu’un geste technique. On met toujours en avant la facilité de copier et les pratiques dites pirates (téléchargements illégaux sur Internet) pour justifier en arrière-fond ces doubles taxations. A la fin, c’est toujours le consommateur qui est le perdant. On est en droit de se demander qui sont les pirates.

Personne ne conteste le fait que les artistes doivent pouvoir générer des revenus avec leurs oeuvres. Il faut cependant admettre que les recettes appliquées depuis longtemps ne sont plus vraiment adaptées à la nouvelles donne. Internet et les technologies numériques ont profondément bouleversé les habitudes de consommation et il faut savoir en tenir compte. Les artistes et ceux qui essaient de défendre réellement leurs activités seraient bien inspirés de lire le livre d’Alban Martin, “L’âge de Peer : Quand le choix du gratuit rapporte gros”.

Cet ouvrage montre de manière convaincante comment l’offre gratuite peut servir d’amorce à la consommation de produits achetés, comme des CD, des CD collectors, des billets de concerts. Il va cependant beaucoup plus loin en assurant que l’avenir est dans la co-création de valeurs, un processus qui met en jeu aussi bien les artistes, les société productrices d’un côté, que les auditeurs/consommateurs. Ces derniers peuvent donner leur avis, interagir avec les artistes, avoir accès direct à l’univers de leurs groupes et chateurs préférés (sites Web exclusifs, accès aux différentes étapes de la production d’un CD, etc…). Ils peuvent aussi être partie prenante dans la création d’une oeuvre, soit en la produisant (l’auteur donne des exemples d’albums produits par des fans), soit en retravaillant les morceaux. Cette dernière pratique, courante dans certains domaines musicaux, suppose une conception différente des droits d’auteurs.
Ce livre montre que l’avenir de la musique, autant dans sa consommation que dans sa production, est à réinventer. C’est le défi lancé aussi bien aux artistes qu’à leurs admirateurs, qui ne souhaitent plus être réduits à de simples consommateurs.

http://www.frc.ch/communique-news.php?id_com=257

http://www.suisa.ch/home_f.htm

http://www.amazon.fr/L%C3%A2ge-Peer-Qua … 2744062464

Leave a Reply

*